12/07/2007

Hellboy ou le navet diabolique !


Hellboy, diablotin portant un chapelet à la main gauche


Hellboy, ou comment un film gentil se révèle être porteur d'une idéologie subversive.


A priori, tout va bien.


Hellboy est né en enfer, il est donc fils du Diable et partant, antichrist, mais ce n'est pas cela qui fait de lui un méchant. En naissant, il avait certes le faciès d'une gargouille, des cornes et une queue, je vous le concède, mais il a été adopté par un humain. N'est-il pas la preuve vivante que l'on n'est pas déterminé par son biotope? Ce sont ses « bons » choix, ses actes humanistes et ses « coucou tendresse » à sa fiancée, ses petites réparties qui témoignent de son humanité -humanité d'autant plus touchante qu'elle n'est pas innée, mais bel et bien acquise. Oui. Envers et contre le destin, envers et contre le papa diabolique.

Tout va bien madame la marquise, c'est un démon qui n'oublie pas qui il est, car il porte dévotement le chapelet que son père lui a légué.

Hellboy, le garçon de l'enfer, abat les méchants à coups de balles made in Vatican...

"Oh ! Que de spiritualité, quelle absence de préjugés contre la Religion catholique ! Les héros ne sont pas anticléricaux ! C'est merveilleux", se diront les coeurs purs.

Là où tout se corse, c'est lorsque l'on sombre dans le fantastique.... Les tueurs sadomasochistes, immortels (réincarnés) et diaboliques d'Hitler sont légion; le père adoptif d'Hellboy, spécialiste en occultisme les a confrontés lors de la guerre, et peut témoigner de leur authenticité. C'est le père adoptif d'Hellboy qui a prié le chapelet et qui l'a donné à Hellboy; la vue de ce chapelet aidera d'ailleurs Hellboy, lorsque viendra l'Apocalypse et qu'il devra faire le choix décisif... Et alors, il résistera au diable... il dira non au Destin, m*** au Diable et tout ira très bien.

Mais de qui se moque-t-on?

Dans cette histoire pathétique lue et approuvée par Le Monde, Libération et autres sommités journalistiques, on feint de donner à la religion une importance pour mieux la rabaisser au rang de niaiserie. Comment cela est-il orchestré ? Eh bien, de la manière la plus simple du monde: en mettant sur le même plan la religion et le fantastique. Ainsi, dans le monde propre de la fiction, pendant le temps que dure le film, nous pouvons tout aussi bien croire aux effets bénéfiques du chapelet qu'au monstre joliment nommé « Cerbère de la résurrection »... Ne nous inquiétons pas ! Le fait de croire à des fadaises, cela ne remet pas en cause notre intelligence ! Non, il ne s'agit que d'un film. Le visionnement terminé, nous mettons joyeusement dans le même sac toutes ces superstitions, d'autant plus pitoyables qu'elles ne sont pas ouvertement critiquées. Après tout, ne sont-elles pas présentées sous un jour favorable, puisque, pour une fois, on ne nous montre pas de sombres chevaliers de l'Opus Dei roulant pour l'Eglise? Ici les méchants sont vraiment diaboliques et les gentils vraiment chrétiens... Et le héros est un personnage de BD avec des cornes limées et le diable se réincarne en Raspoutine jusqu'à la fin des temps !


Un des amis, très réaliste, d'Hellboy


Hélas, ce film n'est pas unique en son genre. Il s'inscrit dans une tendance récente de navets hollywoodiens. Car ce qui s'applique à Hellboy vaut pour les délirants Constantine (Keanu Reeves et Rachel Weisz), la fin des temps (Schwarzie), Van Helsing, et L'Associé du Diable (Al Pacino, et Keanu Reeves), etc. Il s'agit d'oeuvres dont le message est bien plus pernicieux que les films ouvertement libre-penseurs, car on ne voit pas le Mal venir. Enfin, comme le rappellent un personnage de la Fin des Temps, le soit-disant infirme dans Usual Suspects, et le poète Baudelaire:

« La plus belle ruse du diable, c'est de faire croire qu'il n'existe pas ».

Et je vous le demande, qui irait croire à l'existence de l'Antichrist incarné par un si fantastique Hellboy?

15 commentaires:

Anonyme a dit…

voila Chere Néo encore un article digne de vous.
cela me rapelle un film "le purificateur" qui travestie la vérité sur l'absolution des péchés.

"personnage énigmatique qui, avec ses disciples, mange symboliquement les péchés des personnes mourantes, s'arrogeant ainsi le droit de les absoudre en dehors des règles de l'Église"

comme vous le dites les messages plus pernicieux sont quand à eux bien plus dangeureux mais tant qu'il y aura des personnes comme vous pour les dénoncers je sais que la vérité éclatera un jour.

Batman a dit…

Analyse interessante. Bravo. Continuez ainsi.

Neodyme a dit…

merci pour vos encouragements, anonyme et batman !

Isabelle a dit…

Approchez, tous les amis
Les grands et les petits
Regardez bien !
Le coeur fier et l'oeil malin
Voici venir au loin
Votre ami Saturnin

On dit que rien ne lui fait peur
Quand il s'agit d'aventure
Il est têtu et batailleur
Mais gentil je vous le jure

Et s'il est un peu bavard
Et même un peu vantard
Ca ne fait rien
Car plus vous le connaîtrez
Et plus vous l'aimerez
Votre ami Saturnin

Chère Néo, vous aviez oublié de nous mettre les paroles de Saturnin ; c'est fait !

Leon de bruxelles a dit…

Bravo Néodyme, encore un excellent article.
Vous avez tout à fait raison, mélanger la fiction et la religion catholique c'est les positionner sur le même plan, celui de la fiction. C'est une action de plus au compte de la désinformation, de la décervellation comme dirait le père UBU!
Nous sommes bien la en plein théatre de l'absurde, défini par l'absurdité des situations mais également la déstructuration du langage lui-même.
Leon de Bruxelles

V a dit…

Ma chère Neodyme,

Pour une 1ère lecture de votre blog, je trouve cet article très interessant...

Je reviendrai donc aux dernières heures du jour, avant sommeil, les jours où la journée ne m'a rien apporté, pour me coucher moins bête que je me suis levé... (Je risque de venir souvent alors!)
A Bientôt,

V

Saturnette a dit…

http://www.dailymotion.com/video/xx51h_soeur-sourire-dominique

saturnet a dit…

et bien saturnette tu as été une fripette là...
mais j'avoue que cela m'a bien fait sourire...

saturnet a dit…

Ça y est ils l’ont canonisé notre héro… lui qui nous a apporté tant de joie…

http://pageperso.aol.fr/Musique140200/stsaturnin.jpg

j'espère que tu vas bien Saturnette.

Julius a dit…

Un vrai voyage dans le temps et à travers différents univers votre blog, Néodyme ! Génialissime !

Saturnette a dit…

Bonjour à tous sur le blog de Néo !
Bonjour petit Saturnet; je vais bien et j'espère que toi aussi tu vas bien ; je te souhaite de bonnes vacances ainsi qu'à madame cane et à tes deux canetons !

Amitiés sur la toile

Saturnet a dit…

Je suis si content que tu ailles bien. moi aussi ça vas...
Bonne vacances a toi

milles coincoins

Fantomette a dit…

Salut Néo ,

C'est encore un très bon article que vous nous avez pondu la !
Je n'ai pas vu Hellboy de sorte qu'il m'est difficile de vous donner mon avis. Cependant votre analyse est très pertinente et va nous permettre de regarder ces films avec des yeux différents et avec un meilleur sens critique (par exemple j'avais regardé le film Constantine sans me poser trop de questions...)

Felicitation & vivement un nouvel article !

Amicalement

Fantommette

Paupiette de Veau a dit…

Article génial mamzelle Néo!Je ne peux pas vraiment vous parler de Hellboy ou le navet diabolique car je n'ai pas la télévision !hon hon hon

Christouf a dit…

Analyse intéressante, mais je crains que tu ne sois un peu trop dans la recherche de messages "subliminaux". Ce que je retiens, c'est que c'est un film un peu "con-con". MAIS c'est une analogie intéressante au pêché originel qui nous dit que l'on nait mauvais et que l'on doit s'efforcer d'être bon. Et puis de toute façon, dans toute religion il y a toujours une part de faux alors mélanger fiction et religion moi ce ne me gène pas.

P.S.: Je te tutoie après tout nous sommes sur le Web.